La Sophrologie en Pédiatrie

J’interviens en sophrologie et en hypno-analgésie :

- à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique

(IHOPE à Grange Blanche)) depuis mars 2016,

les mardis toute la journée,

les jeudis après-midi, un mercredi matin sur deux.

Ces vacations sont rémunérées grâce à deux associations :

l’APPEL et l’ALBEC.

 

- En réanimation pédiatrique à l’Hopital Femme–Mère-Enfant

(HFME) de Bron, les jeudis matin.

Le Rêve de Marie Dream prend en charge cette intervention

 

Les champs d’action se situent autour du stress,

des angoisses, gestions des émotions,

de la douleur, problème de sommeil, besoin de détente…

L’apport de la sophrologie

L’apport de la sophrologie en pédiatrie

* Le travail de la sophrologie et d'être plus conscient de soi, d'avoir un schéma corporel un peu plus juste.
La maladie très souvent par la douleur, par l’inconfort biaise le schéma corporel.
La sophrologie dans ce cas aide à trouver, contacter ce qui est positif, c’est un stimulateur de ressources :

  • qu'est-ce qui est bon ?
  • où est- ce que ça fait bien ?
  • ou est-ce que je peux trouver des zones de confort, des zones de ressources

* On intervient également dans ce cas là sur tout ce qui est du domaine de l'anxiété en travaillant sur le souffle, la respiration, les tensions justes du corps.

* On peut préparer en amont les patients pour les gestes d'intervention, comme les pansements, les piqûres.

* Les enfants apprécient également ce qu’ils appellent les  « Sophro dodo »
Séance très douce plus axée sur la relaxation afin de faciliter l'accès au sommeil.

 

L’hospitalisation est anxiogène, la sophrologie et la relaxation travaillent alors sur la détente du corps, la visualisation d’images ressources, de lieux refuges, être dans une bulle, une parenthèse.

Par la détente du corps, le souffle, la respiration, nous allons travailler aussi sur la douleur, plus sur la douleur chronique que la douleur aigüe: la sophrologie est plus active dans cette douleur là, elle génère des tensions, des angoisses. Nous serons attentifs à être dans une tension juste, à gérer les émotions, accueillir une respiration plus profonde et puiser sur ce qui continue d'aller bien afin de pouvoir s’y ressourcer.

L’hypno-analgésie

L’hypno-analgésie

Dans ce cas, nous allons travailler plus au niveau de la douleur aigüe puisque l'hypnose vise plutôt à nous dissocier.

 Sophrologie = apprendre à être ici et maintenant, dans ses sensations

Hypno-analgésie = être ici et ailleurs

L’Hypno-analgésie intervient :

  • sur la douleur aiguë
  • accompagnement des gestes, avec des techniques de distraction

Cela peut être attirer l'attention ailleurs, avec la télévision dans certaines chambres, en dessinant des marionnettes sur les doigts, en faisant des bulles, en racontant une histoire etc…

Certains soignants sont formés à l’hypno-analgésie mais l'idéal est quand même d'avoir à ce moment-là des personnes dissociées pour le soin et l’hypnose.

On peut difficilement faire le geste en même temps qu'on accompagne correctement les distractions…

Il est important aussi de savoir si le patient va être prévenu au moment du geste de façon à l'intégrer par une petite phrase dans l’histoire racontée par la personne qui conduit l'accompagnement.

Sa voix doit être dominante également dans ces cas là

Si le geste est intégré dans l'histoire, il y a une complicité entre la personne qui fait le geste et celle qui guide, distraction de façon à ce que son geste (piqûre ou autre) soit vraiment intégré dans l'histoire à ce moment-là.